23 juin 2008

OH MY GOD, WOW.

Ok, après cette journée de merde, j'avais juste envie de pleurer... de joie.

Parce qu'au fil du temps, je vais finir par y croire. Parce qu'au fil des jours et des semaines, je vais peut-être aboutir à quelque chose. À un résultat positif, même. Ces dernières semaines, j'ai accumulé les mauvaises nouvelles, les refus de nombreuses écoles et l'échec à nouveau (de la part de mon professeur de théâtre, again). Je dois donc passer à l'étape suivante.

Et croyez-moi ou non, aujourd'hui, j'avais le goût de pleurer tellement j'étais heureuse. Mais surtout, tellement j'étais émue. J'ai envoyé un mail à mon monde en théâtre musical, en demandant si certain(e)s d'entre eux pouvaient écrire une lettre, un mot en ma faveur. Un texte qui permettrait au comité de voir que j'ai des qualités, aussi. À peine 15 minutes plus tard, le téléphone sonnait et c'était H. à l'autre bout du fil, à Montréal. (Attendez, j'vous situe; Mtl - Moi = 2h30) Il voulait me dire qu'il écrirait une lettre et qu'il m'épaulait à fond la caisse dans toutes mes démarches. Bouleversement total de joie et de bien-être. Puis, je me connecte sur Facebook tantôt et surprise! je me rends compte qu'il existe un nouveau groupe: Nous voulons Quidame en TM3!!!

Euh, attendez deux petits secondes. C'est-tu vraiment pour moi ça? C'est-tu toute pour moi, merde?! D. va elle aussi écrire une lettre et elle veut se battre jusqu'à la fin, tout comme M. et les autres, semblerait-il. D'accord, y'a pas grande monde dans le groupe encore, mais je m'en fous. Je suis touchée, je suis émue. Je ne m'attendais pas à ça. Je ne vais pas me battre, on
va se battre. Un pour tous, tous pour un.

Oh mon dieu, j'arrive pas à y croire. C'est impossible, c'est merveilleux, c'est splendide.  Y'a pas de mots. Y'a pas de phrases déjà toutes faites pour exprimer ma gratitude, mon bonheur, mon étonnement, ma reconnaissance, mes émotions. C'est beau, c'est tout. Y'a rien d'autre à ajouter, il faut croire.

Posté par Quidame à 05:19 - Commentaires [4] - Permalien [#]


14 juin 2008

Parce que j'essaie de jouer à la combattante.

vava3ko0 Quand je suis déprimée, j'ai le goût d'acheter 20 000 trucs et de me ruiner avec de l'argent que je n'ai même pas. Quand je suis déprimée, je redeviens une acheteuse compulsive, surtout quand je fais mes shifts de travail et que j'utilise aussi mes pauses pour aller voir les autres boutiques. Oh, et bien évidemment, quand je suis déprimée, j'écris moins, semblerait-il. Je m'efface autant que possible sous aucun prétexte et j'essaie de me fondre dans un parfait petit décor heureux d'une vie malheureuse.

On dirait bien que chaque pas que je fais me mène à une catastrophe. On dirait bien que toutes mes tentatives sont vouées au même résultat: l'échec dans toute sa richesse (de montagnes russes) et sa douleur. Parce que ouais, on vient de m'enlever ma dernière petite étincelle. On vient de mettre un X rouge en caractère gras sur mon plan B. "You are the weakest link. Goodbye!"

Il n'y a plus de place pour moi en chant. La 2e année est remplie, bourrée à craquer alors pas de chances pour Mamzelle Quidame. Hey oui, Quidame restera un quidam parmi tous les autres quidams. C'est bien fait la vie, non?

She shoots and DO NOT scores!

Échec et mat. La partie est finie. Game over. T'as perdu, j'ai perdu. J'avais pas les blancs, j'avais pas les noirs, j'suis dans l'rouge. J'suis dans l'rouge, man. Y'a pas rien d'autre à faire que d'attendre. Et c'est long, croyez-moi. Je l'sais ben que j'pourrai pas rester ici toute l'année, je l'sais ben que j'vais me rendre malade.

But hey girl, the only thing that you can do is to wait. And it can take a long long time so sit down and have a drink. Or two...

Posté par Quidame à 05:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 juin 2008

First time.

Première journée de travail chez Sears aujourd'hui. Ouais, je fais mon entrée dans la vente de la literie. YES. Watch out, here I come and I'm gonna kick some asses!

Et en plus, on m'a pris sur le vif parce que je ne devais pas commencer aujourd'hui. Je devais faire mon premier shift à vie EVER seulement demain matin à 9h00. Mais il semblerait que finalement, on m'avait donné un rendez-vous pour visionner les vidéos bâtards sur la sécurité et donné des heures de travail plus ou moins déterminées. All in one time. I don't care, I now do some money so WAHOOOO! Alors j'ai fait un bon huit heures au magasin. And it feels good.

J'vais peut-être avoir l'air conne, mais j'avais le goût de pleurer de joie quand on m'a remis ma feuille d'horaire. Parce que ça faisait trois putains d'années que je n'en avais pas eu une entre mes mains. Ça prouve à quel point je n'aime pas la routine parce que je jubilais de bonheur à découvrir mes heures, mes journées intensives et mes congés. Comme une petite fille surexcitée. Sérieusement, ça m'a fait beaucoup de bien, c'est ridicule, c'est minime, mais c'est comme ça.

Puis, j'dois m'armer avec du béton pour demain parce que y'a plein de réductions dans la marchandise de mon département. Alors pour une seconde journée, j'vais avoir mon propre téléphone (I'm soooo important, lol) et j'vais courir d'un bord et de l'autre non-stop. Yeah, on travaille dans le stress et dans la performance, mais that's not too bad. Ou en fait, je ne devrais pas parler trop vite. On verra demain matin.

Et maintenant, dodo time. Oh, et pardonnez mes absences sur vos blogs, je lis parfois en vitesse quand j'ai un peu de temps devant moi, mais c'est souvent difficile de trouver un instant pour commenter. Cependant, quand j'vais avoir une pause, I'll start all over. (Et je viens de remarquer que j'ai vraiment beaucoup utiliser d'anglais dans cette note. Tut tut tut, je suis une bad girl!!)

Posté par Quidame à 04:35 - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 juin 2008

J'existe, encore un peu.

Tree_by_ElifKarakoc-T'es pas toi-même Quidame, t'es pas toi-même. T'es plus pareille, t'es pas toi-même.

Criss, c'est normal. Je ne sais même plus qui je suis et tu veux que je sois comme avant? C'est quoi, tu veux que je fasse semblant d'être heureuse? Que je gambade dans les prés en chantant et en lançant des bouquets de fleurs sur mon chemin? C'est pas vrai que tu vas venir me faire chier avec ça en plus, esti. Je ne suis pas toi et tu n'es pas moi alors fous-moi la paix et laisse-moi vivre mon deuil. Et arrête de me dire (et REDIRE) les mêmes trucs blessants et inutiles, arrête de me dire que dans cette histoire, tu es plus malheureuse que moi et arrête de me poser les mêmes fuckings questions pour que j'te réponde les mêmes criss d'affaires qui font mal. J'vais pas bien et je n'essayerai pas de le cacher cette fois-ci. Mais ne viens pas me dire quoi faire et si je ferme ma gueule, c'est parce que je n'ai pas envie de te parler. C'est-tu clair, merde?

J'avais oublié qu'elle avait un double visage. J'avais oublié qu'elle était aussi hypocrite et fausse par moments. J'avais oublié tout le fondement des raisons qui m'avaient permis de la détester autant dans mon adolescence. Parce que là, maintenant que sa fille s'est plantée, elle redevient cette mère que je n'aimais pas. Ouais, j'avais oublié que ma maman, je l'aimais à distance. Et elle me fait mal. Elle m'empoisonne, elle me pourrit l'existence. Me semble que j'pourrais avoir du respect et du calme, non? Me semble qu'elle pourrait me foutre la paix et me laisser dans ma tête, non? C'est si difficile? C'est si difficile de ne pas marteler sa fille, quand celle-ci est déjà au sol, K.O.?!

Et arrête de me dire que je ne suis plus la même, tu m'étouffes.

Posté par Quidame à 21:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]