J'ai l'insomnie qui me poursuit jusque dans les os, j'ai la tête qui tourne sous les milliers de mots que je m'entête à lire, j'ai le corps à bout de force, mais les représentations théâtrales commenceront sous peu. Dans moins de deux semaines. Après le 3 mai, j'en aurai fini des cours de théâtre. Je pourrai enfin me consacrer sur mes travaux écrits de fin de DEC. Et plus le temps passe, plus j'angoisse. Parce que l'an prochain, rien n'est certain. Je m'élance dans le vide comme une folle et je verrai bien. Mais Dieu sait que j'ai hâte d'avoir entièrement compléter mon cégep. Je ne respire plus que pour cette idée, je crois.

Sinon, je suis toujours en vie. Et je me rends compte que j'ai pris la vilaine habitude de ne plus écrire ici ni d'émettre des commentaires sur les autres blogs. Le tout datant du moment où j'ai perdu mon ordinateur pour quelques mois. Comme quoi les habitudes changent et finissent par s'intégrer. Il me faudra remédier à la situation. Bientôt, un jour, peut-être. Parce que là, je suis dans l'impossibilité.