no_place_by_chris_tel

Hier soir, mon amie R. a été hospitalisée.

Au départ, il y a une semaine, elle devait venir dans ma petite campagne pour la fin de semaine. Puis, ses plans ont changé. Sa copine revenait du BC et, comme ça faisait un bon moment qu'elle ne l'avait pas vue, elle voulait à tout prix passer du temps avec elle. Notre week-end au bord de la piscine était écourté; elle prévoyait ne venir que dimanche finalement. 

Avant d'aller me coucher à 1 h 30 du matin cette nuit, j'ai fait la ronde de mes courriels et de mes messages téléphoniques. Une de mes amies avait tenté de me rejoindre cinq fois et la copine de mon amie, qui est plutôt une connaissance pour moi, m'avait envoyé un courriel pour savoir si j'avais eu des nouvelles de R. 

Non, je n'avais rien reçu. Comme je n'avais plus eu aucune réponse de R., je lui ai envoyé un message texto et un courriel avant de me mettre au lit. Question de savoir ce qui se passait et si elle venait toujours chez moi. 

En me levant ce matin, j'avais reçu un message de la mère de R. Mon amie ne s'est jamais rendue chez sa copine. Mon amie ne s'est jamais rendue chez ses parents avant d'aller voir sa copine. Ma copine ne s'est jamais pointée pour son covoiturage. Elle a été retrouvée inconsciente dans son appartement hier soir, à la suite d'un appel à la police effectué par sa mère. 

Depuis, elle est toujours inconsciente. Le personnel médical ne sait pas ce qu'elle a. On croit que c'est peut-être neurologique. On lui a passé un scan de la tête, mais sans succès. Ce matin, on l'a transférée aux soins intensifs et on prévoit lui faire un scan plus approfondi. Elle est revenue à elle-même quelques minutes au cours de la nuit, mais elle était agitée et complètement déconnectée de la réalité. Elle n'était pas là. Les docteurs ne sont pas en mesure de dire si son état est dû à une surdose de médicaments, mais l'hypothèse n'est pas balayée. Tous les détails sont vérifiés, contrevérifiés et analysés. 

Ce matin, j'ai parlé au téléphone avec sa mère et c'était une conversation très difficile. La maman de R. a toujours été droite, linéaire, rationnelle. Elle a toujours donné l'impression de vouloir contrôler ses émotions, de ne rien laisser paraître. Et là, sa voix était chevrotante, hésitante, émotive, voilée de pauses et de larmes. Et je ne savais pas quoi dire. J'étais tellement sous le choc. Je n'arrivais pas à trouver les mots justes. J'étais bouleversée, complètement paniquée, à des centaines de kilomètres de tout. 

Ça fait peur, tout ça. Vraiment peur. On dirait que je n'arrive pas à gérer la situation. En fait, je ne sais pas comment gérer mes émotions. Je ne comprends rien. Qu'est-ce qui s'est passé? Est-ce qu'elle a essayé de mettre fin à ses jours? Est-ce qu'elle a voulu endormir sa douleur au lieu d'aller à l'urgence? Est-ce que son corps a manqué de nutriments et elle s'est sentie faiblir? 

J'ai peur et je trouve ça crissement rough. Pis y'a la culpabilité qui embarque. Et si? Et si? Fuck.