19 octobre 2009

Cri du coeur.

J'veux pas. J'ai la chienne et j'déteste ça. J'veux tout simplement pas y aller demain. Surtout qu'en plus, ce sera une grosse semaine de merde de 54 heures sans break. Du lundi au samedi, non stop. Au secours, I wanna die. Demain, c'est bye-bye training, bonjour les gens bêtes qui vont m'engueuler au téléphone. J'veux plus. Fuck l'argent, j'm'en câlisse. I just wanna leave it. Now. J'ai peur et ça m'rend malheureuse.

Ma mère avait raison, mon père avait raison, mes amies avaient raison, tout le monde avait raison. J'aurais dû choisir l'autre job. Mais j'en ai fait qu'à ma tête. Parce que j'étais dans l'négatif, solide. Ma santé est passée après l'argent. Mais là, j'subis. J'aimerais caller malade demain. M'en aller. Ne plus jamais y retourner. Fermer les yeux, oublier et tout foutre dans un tiroir du passé.

J'capote tight. J'l'ai déjà mentionné? Oh, eh bien tant pis. Parce que j'ai vraiment, mais vraiment la grosse chienne. Pis l'chien avec. Tout l'kit. Help. J'veux pas, j'veux vraiment pas.

0000002050

Posté par Quidame à 04:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]


16 octobre 2009

Météo 101 par... moé!

D'accord, il fait tout simplement un tantinet frisquet. Non, il fait plutôt un peu froid. Pardon, il fait froid... Et pis d'la merde saint-ciboire, y fa' frette en tabarn**!!!

Raison? On ne le sait pas trop. Le chauffage, qu'on ne peut ni monter ni descendre car c'est notre proprio qui s'en charge, est parti ce week-end. Oui oui. Mais dès lundi matin, plus rien. Be-bye, adios. Pourquoi? I don't know. Depuis, mes colocs et moi, on veut mourir. On s'les gèle, putain! Et moi, qu'est-ce que je dis dans tout ça? "C'est quoi là? On a le chauffage en garde partagée? On l'a la fin de semaine, mais quand la semaine commence, il sacre son camp?!?" Ouais, sérieusement, j'en ai marre. J'pogne des frissons tout le temps tellement il fait froid. J'ai l'impression que je vais m'attraper une grippe avant le temps et le matin, quand j'me lève à 6h00, j'ferais tout sauf me lever et affronter le froid glacial au contact de ma peau. Bouhouhou, j'ai frette, cibole! Au secours! Pis la craque dans notre porte de cuisine...

Posté par Quidame à 05:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2009

Pendre la quoi?

Dude, il est tellement 4h30 du matin et je ne suis toujours pas au lit. Pourquoi? Tout simplement parce que ce soir, c'était notre pendaison de crémaillère. Ok, y'a presque personne finalement qui est venu, mais c'était l'fun quand même.

Et puis, j'ai eu droit à une méga surprise. Alors que je m'attendais à ce qu'aucune personne de mon CÉGEP ne vienne, ma meilleure amie s'est pointée le nez avec son chum. J'étais trop trop trop heureuse de la voir, surtout que ça faisait une éternité! Sérieusement, ça m'a tellement fait du bien de lui parler. La seule chose à laquelle je pouvais penser, c'était à quel point elle est trop géniale. Oui oui. Et vous savez quoi, en plus? Elle m'a apporté une bouteille de rhum brun Captain Morgan pour célébrer mon nouvel appart'. WOW, totally awesome! Et, ma foi, excellent aussi!

Ah pis finalement, j'commence dans le centre d'appel lundi matin. Formation de deux semaines. Ouais, j'ai choisi l'argent au-dessus de ma santé mentale. On verra bien ce que ça donnera. Dans l'fond, il me faudra juste décrocher de tout et me mettre des barrières si les gens se fâchent contre moi. Me déconnecter de la réalité et ne rien prendre personnel. J'espère que j'y parviendrai. Alors? Dernier jour de congé demain. J'pense que j'vais en profiter pour lire un peu et peut-être finir ma brique de pages. Sur ce, bonne nuit. Ou bon matin, plutôt.

Posté par Quidame à 10:39 - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 octobre 2009

Job, job, job. Job?

i347730546_59798_6

Eum, ok.

Trois entrevues en deux jours pour trois jobs différentes. Résultat? J'ai TELLEMENT eu les trois postes!!! Mais là, j'suis en grosse crise existentielle parce que je ne sais plus choisir. Choisir quoi? Pour quelles raisons? Et donner mes réponses en si peu de temps? Ouch.

En fait, j'ai déjà éliminé l'entreprise avec laquelle j'ai eu un entretien cet après-midi. Un genre de centre de "vente, mais pas vente" par téléphone. Yikes, kill me! En plus, le salaire est minimum donc...

Plus que deux choix, mais c'est Ô combien difficile!!

La job qu'on m'a offerte hier comporte plusieurs avantages: tout près de chez moi (genre 20 minutes de marche/métro), salaire assez intéressant, possibilité d'augmentation après trois mois, bonifications allant jusqu'à 400$ par mois, emploi stable de 40 heures/semaine (en fait, 45), horaire commençant à partir de midi pendant la semaine et à partir de huit le samedi, avantages sociaux, etc. Le gros hic? Beaucoup de blabla technique auquel je ne suis absolument pas familière, ambiance ô que trop déprimante pour vivre et compagnie, à la base, pas mal plus anglophone que francophone. Ok, je suis assez bilingue, mais juste à penser que je vais me métamorphoser en "square head" neuf heures par jour parce que les clients au téléphone ne comprennent pas un foutu mot français, bah... ça me déprime encore plus! (Je n'ai rien contre les anglais, mais ma langue première à moi, c'est le français, c'est tout! LOL.)

Entrevue de ce matin? Emploi sympathique situé au centre-ville, bonifications intéressantes pas mal à chaque mois, service à la clientèle, emploi de 40 heures/semaine, deux jours de congé qui se suivent, quelques week-ends au complet de libre, domaine de vente intéressant, équipe jeune et dynamique, employés motivés et motivants, moitié anglais, moitié français, etc. Désavantages? Loin de l'appartement (ok, pas tant que ça, mais c'est quand même 40-50 minutes de marche/autobus/métro), salaire moins compétitif que l'autre job, horaires indéfinis, avantages sociaux presque inexistants (je pense), vente à la commission par moments... Et le p'tit bonhomme tout gentil qui m'a posé des questions, il est trop gentil pour que je l'abandonne après quelques mois si je me trouve un meilleur emploi. Ben, j'pense. (C'est parce que la formation dure au moins trois mois et il veut des employés qui resteront là au minimum un an... j'me sentirais trop vache. Ouille.) 

Mais ah, câline, j'sais pus quoi faire! Une job me crie de la choisir parce qu'elle réussira mieux à payer mes dépenses nécessaires (bouffe, voyagement, cellulaire, internet, appartement, électricité, etc.) et l'autre hurle de me prendre parce qu'elle n'assurera pas ma dépression jusque dans l'fond du barry. Aïe aïe aïe, problématique, problématique, quand tu nous tiens! Pis le centre de design d'intérieur qui n'a toujours pas essayé de me contacter pour la job de réceptionniste... Ah, c'est tout tristounet!

Posté par Quidame à 00:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 septembre 2009

Une porte qui s'ouvre...?

i360985804_17780_6

Bon ben, c'est tout le temps quand on commence à penser qu'on aura possiblement une job que tout s'enchaîne. C'est connu, c'est toujours comme ça. C'est comme avec les chums; quand on se nourrit du célibat, on reste en solitaire, mais dès qu'un amoureux arrive dans l'décor, tous les prétendants se pointent du même coup!

Aujourd'hui, je suis allée apporter mon curriculum vitae dans une succursale d'optométrie, là où une de mes copines travaille. Pas trop loin de chez moi, d'ailleurs. La clinique ne manque pas de staff, mais j'y allais pour pouvoir transmettre mon CV à la directrice afin qu'à son tour, elle le transmette aux autres succursales recherchant des employé(e)s.

J'ai rencontré sa boss et tout de suite, en consultant mon dossier, elle m'a passé en entrevue, question de voir ce que je valais. En fait, peut-être plus en mini-entrevue parce que je n'ai pas eu le droit à des questions du genre "Quel est ton plus gros défaut? Ta qualité première? Si telle situation, comment agirais-tu?" À la fin de l'entretien, elle m'a donné sa carte et a dit qu'elle allait faxer immédiatement mon CV aux deux autres cliniques. Elle m'a mentionné qu'elle leur dirait qu'elle avait entre les mains le CV d'une personne bien intéressante. Déjà, c'était agréable d'entendre ça et possiblement de bonnes nouvelles.

Après mon escapade là-bas et malgré mon mal de pieds insupportable, j'ai décidé de descendre une des avenues populaires du coin pour voir si certains magasins recherchaient des employé(e)s. Niet, nada. Dans la grosse averse de pluie, je me suis sentie un peu découragée et je suis retournée à mon appartement. À peine 15 minutes plus tard, mon téléphone a sonné. J'ai cru que c'était la clinique qui m'appelait pour une entrevue, mais non, c'était une autre compagnie complètement différente. Vaguement, je me souvenais avoir appliqué en tant que représentante au service à la clientèle ou quelque chose dans le genre. La dame m'a posé quelques questions et m'a "scédulé" une entrevue pour demain matin. C'est tout près, à deux ou trois stations de métro de mon appartement.

Quand j'ai raccroché, j'me suis mise à rire parce que c'est tout le temps comme ça. Y'a rien et puis POUF! BANG!, tout se bouscule, tout se produit en même temps. Ok, je n'ai pas encore une job, mais un entretien, c'est déjà un bon début, je trouve. C'est bien mieux que rien, ce avec quoi je dois me satisfaire depuis deux ou trois semaines.

Et là, environ 15 minutes plus tard, mon cellulaire s'est remis à chanter. Parce que ouais, ma sonnerie, c'est un chant de grenouilles. Probablement pour me rappeler la campagne, d'ailleurs. ANYWAY. La clinique d'optométrie du centre-ville à l'appareil. Nan?! L'homme m'a dit qu'il s'était rué sur son téléphone pour m'appeler et obtenir une entrevue avec moi cette semaine. Résultat? Je suis convoquée là-bas ce jeudi matin. Yup, eh oui, deux entretiens en deux jours. Hourra!

Avec deux chances, j'aurai peut-être une chance d'avoir un emploi! Je me croise les doigts et j'attends de pouvoir prouver mes compétences et mon savoir. Ah, petit stress de moins dans ma tête. Oui oui et ce, même si je devrai vendre ma personnalité et mes qualités. J'me souhaite tellement un gros "merde", haha!

Posté par Quidame à 21:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]


28 septembre 2009

Ah ben shit.

3046965562_bae1b8a3acOh oh, il annonce un temps de merde pour toute la semaine!

Et malgré tout, je dois absolument aller apporter des CVs à la main, quelle chance, quel timing! Comme je n'ai toujours pas reçu de réponse pour mes 20 000 applications, je vais en envoyer d'autres encore et encore. En personne, sur le net, par téléphone, par tous les moyens possibles. Again.

J'me dis que ça finira bien par être positif, non? En tout cas, il le faut parce que je n'ai plus une cristie de cenne! J'attends simplement que le chèque du premier passe et hop, plus un seul rond en poche. Adios, monnaie. Et y'a la facture de mon cellulaire qui arrive bientôt avec des fuckings messages textes d'harceleurs qui vont me coûter 2 $ chaque. F$%&**()"&*(*"G&*¤¬²³, ça m'enrage tellement! Je n'ai jamais demandé pour des foutues applications et voilà que cette compagnie s'autorise à me transmettre des messages qui coûtent la peau des fesses! Grrrrrr, c'est vraiment frustrant.

Anyway, je suis maintenant dans l'obligation de penser très fort avant d'acheter quoi que ce soit. Pour chaque occasion de déplacement ou de dépense, je dois me demander si c'est vital à ma vie. Si la réponse est non, alors je refuse tout simplement les offres. Donc, ce week-end, je me suis privée de sucreries, d'un méga party et d'alcool puis cette semaine, je n'irai ni voir le premier examen de chant de mes amies, ni l'opérette dans laquelle deux de mes copains participent à la Place-des-Arts. Putain que la vie est chiante, par moments!!

Aucune marge de manoeuvre, je dois me résoudre à vivre de l'essentiel uniquement. Verdict? Bouffe, factures et lavage. Encore là, "bouffe", c'est un mot exagéré. Moins de 15 $ par semaine de nourriture. Quelques légumes et des céréales. Fuck le linge qu'il me faudrait acheter, fuck les soutiens-gorge, fuck les petites gâteries, fuck le fun, fuck tout le reste!

Alleluia, welcome to Montreal!! OR NOT.

Posté par Quidame à 16:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 septembre 2009

Waiting, waiting on my world to change.

71891672_77c8774ff2J'me suis dit que je pourrais essayer de faire un effort pour regarnir ce blog le plus souvent possible. Avec du tout et du rien. Et puis, quelques modifications aux couleurs ne font pas de mal, de temps en temps. Ok, on ne voit peut-être pas énormément la différence, mais ce n'est pas grave. Je n'ai pas le goût de me retaper le design au complet. Oui, je suis paresseuse. Je l'avoue bien ouvertement. J'suis comme ça, surtout quand je n'ai pas un vrai flash d'inspiration.

Et vous savez quoi? À bien regarder mon blog, il me fait penser à ma chambre. Un peu dans les mêmes couleurs; du gris, du noir, du vert lime et du fuschia. En plein les quatre couleurs de base de mon petit antre privé de Montréal. Comme quoi je dois être vraiment accrochée à ces teintes/tons. (J'sais jamais quel est le mot juste à utiliser...)

Anyway, j'pense que mes allergies m'ont quitté pour de bon. Du moins, je l'espère. Je ne me mouche que très occasionnellement, mes yeux ne me piquent plus et j'éternue beaucoup moins qu'avant. J'imagine que c'est un bon signe, mais je ne me mettrai pas à vanter mes exploits au cas où tout recommencerait!

Et sinon, je suis toujours à la recherche d'un emploi. Je commence franchement à trouver le temps long et je me meurs d'avoir enfin de l'argent dans mon compte. Le 1er du mois arrive bientôt et après ça, je vais clairement être encore plus dans le rouge. Je me croise les doigts pour dénicher un job, ou simplement une petite jobine, dans les prochains jours. J'espère, j'espère. En ce moment, c'est pas mal tout ce que je sais faire!!! Voilà.

Posté par Quidame à 19:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 septembre 2009

Immaturité et sexiness en lui. AGRE!

270096

Oui, j'ai vingt ans et oui, je vais tellement émettre, à l'instant, un commentaire digne d'une pré-adolescente qui se pâmerait sur Effron dans High School Musical, mais...

Putain qu'il est sex, mon docteur! Charmant, mignon, magnifique sourire, poli, gentil, sympathique, beau, beau, beau et bien habillé. Woahh, à chaque fois que je le vois, je ne peux m'empêcher de l'admirer. Ok, c'est pathétique et ridicule, mais il est trop parfait! Et aujourd'hui, il m'a sorti un peu de son charabia qui lui donne un petit air de geek médical sur les bords. TROP MIGNON!! Encore plus parfait, aussi! Un homme jeune, sexy et brillant; quel rêve!!! Et il a toujours le mot pour faire rire et sourire. Ou remonter le moral.

Ohhh, c'qu'il est hot, mon docteur! Je trouve ça presque dommage de ne plus avoir à prendre un rendez-vous avec lui à partir de maintenant. Même si ça signifie que mon bobo est guéri. Non, mais sérieux, cet homme est juste trop beau! Un «docteur mamour» à lui seul, man! Anyway... c'est juste plate que je ne le recroiserai plus, mais, je le garderai en souvenir!!!!!

Voilà, ma crise est passée. Sorry pour la chute de mon âge mental, haha.

Posté par Quidame à 22:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 septembre 2009

La pire journée d'une vie. RI-DI-CU-LE!

2036023701_small_1

Oh my, je viens tellement de passer la pire journée de la vie sur la terre entière. Genre, j'ai les yeux tout rougis à force de pleurer et un rire bien trop amer pour souligner le pathétisme de la situation. Worst day ever, pour de vrai.

J'en reviens juste pas, c'est ridicule. Bon, tout commence avec le manque de sommeil énorme, l'insomnie qui fait des siennes et le réveil brutal par les colocs qui font du bruit dans la cuisine en se faisant le petit déjeuner. Ok, jusque-là, tout va presque bien parce que j'endure, mais plus la journée avance, plus mon humeur et la chute s'intensifient.

Déjà, hier, à cause du fait que je devais retourner dans le nord, y'avait de la frustration dans mes pensées, beaucoup même. Je n'étais pas en colère contre personne, mais bien envers la situation. Parce que oui, ça m'enrage les pertes de temps, d'argent et de patience. Anyway, ce matin, je me lève avec le ressentiment que ce ne sera pas génial. J'suis marabout à l'idée de me taper genre 2h00 de voyagement pour des petits trucs inutiles, surtout quand j'ai la fatigue qui me détruit le visage ainsi.

J'me prépare, c'est moche et je décide finalement d'aller voir mes courriels. Super, j'ai enfin reçu une réponse de ma compagnie de cellulaire, mais surprise! l'assistant internet ne me donne pas la réponse que je veux. Non, après un mois, je n'ai toujours pas reçu ma première facture. Après m'avoir débrouillé pour trouver mon numéro de compte, on m'indique que je n'ai toujours pas payé. WHAT THE FUCK? Pourtant, j'ai bel et bien effectué un paiement... Hourra, l'assistant m'apprend que j'ai sûrement envoyé mon argent je-ne-sais-où, que je suis en retard pour ma facture et que je devrai attendre un mois de plus (donc sept mois) pour récupérer mon dépôt de 100$. Et ce, PAR LEUR FAUTE. Cristie, une facture, c'est facile à envoyer, non?! J'ai alors appelé ma compagnie de cellulaire pour m'énerver un peu et l'homme qui m'a répondu n'avait pas l'air convaincu de ses paroles, ce qui m'amène à penser que finalement, je vais peut-être vraiment perdre mon 100$. Câlisse.

Ok, ensuite, je fais les démarches avec ma caisse pour retracer mon argent et évidemment, le tout est beaucoup plus long parce que leur système a crashé. Youppi. Après un temps indéfini à me ronger les ongles, on arrive heureusement à me redonner mon argent que je dois ensuite renvoyer à la bonne compagnie pour que mes dettes ne s'accumulent pas.

Ah oui, pis en regardant mon compte en banque, évidemment, je me rends encore plus compte que je suis dans le rouge et que rien, pour l'instant, ne pourra changer tout ça. Avec l'internet et le loyer à payer jeudi prochain, je suis dans la grosse merde. Pas d'cash, yé.

23594366

J'décide d'aller prendre le bus pour aller récupérer les trucs de bricolage dans le nord, mais j'me rends compte que je n'ai pas de monnaie. Détour par le métro à 15 minutes de marche et retard dans mon horaire. J'arrive à un coin de rue, je suis dans mon droit de traverser et je passe à deux doigts de me faire frapper par un méga camion qui choisit de tourner même si je suis là. Et hop, le coeur fait des bonds sur place et stresse comme un fou. J'arrive à la station, je me dis que je vais sortir de l'argent pour m'acheter une liasse de six billets, ce qui me permet d'économiser, mais la machine ne fonctionne plus. J'suis pognée pour acheter quatre billets individuellement et plus coûteux.

J'remonte en haut pour prendre l'autobus. Évidemment, il tarde à venir et j'ai l'feeling que j'vais rencontrer ma coloc à qui je n'ai vraiment pas envie de parler pour l'instant. Devinez qui aboutit tout près de moi à l'arrêt? Elle! J'm'enfile toute la ride de bus jusque dans le nord, c'est long, c'est chiant et je reviens chez moi. Parce qu'évidemment, je ne peux pas apporter le matériel chez # A tout de suite puisqu'elle travaille. Je dois attendre que sonne 19h30 avant de partir. En débarquant à mon arrêt de maison, qui je croise? Encore elle!

J'passe l'après-midi à faire des calculs et à me dire que je suis vraiment dans l'trou. Quand je décide de me faire à manger, j'ai faim pour une bonne omelette gratinée. Je sors le tout, je coupe mes légumes, je viens pour mettre mes épices dans le poêlon et oops, tout fout le camp parterre et à côté de la casserole. Génial. J'trouve mon fromage dans le frigo, je viens pour le râper, mais non, il est tout moisi, il pue et y'a juste la poubelle qui le veut. Ah pis, bien sûr, j'oublie mes légumes donc je les brûle...

Avant de partir pour aller chez # A, je regarde les horaires d'autobus pour aller chez mes parents demain et je prends conscience que je n'ai plus le titre d'étudiante, donc plus le tarif étudiant. Adieu argent, bonjour le fond du trou! Je vais donc devoir payer le double du prix, mais je vais quand même m'essayer...

J'me rends chez # A, je reviens et, quand j'entre dans l'autobus, mon billet ne fonctionne pas. Pourtant, je viens de l'utiliser il n'y a pas longtemps. La dame me dit que je n'ai pas le droit de prendre la même ligne avec le billet et ce, même si je ne vais pas dans la même direction et que le délai de deux heures n'est pas passé. Chouette, encore de l'argent dans les airs! Quelle pure merde. Je retourne chez moi avec moins d'argent dans les poches et j'm'enferme dans ma chambre. 

pensive

C'est merdique, j'm'emmerde, j'trouve pas c'que j'veux, c'est plate, j'me dis que je pourrais m'amuser sur mon ordinateur. (En passant, j'ai pleuré comme un bébé en revenant à l'appart'.) J'décide de me créer un compte d'utilisateur où on met notre mot de passe pour accéder à notre bureau; j'veux voir comment ça marche. J'suis les démarches et je redémarre mon portable. Pis là, c'est too much. À chaque fois que j'écris mon mot de passe, on m'indique qu'il y a une erreur. Je suis pognée sur la même cristie de page et je ne peux plus rien faire!! J'ai beau essayé mon password 50 000 fois, impossible. Et pourtant, en deux minutes, j'peux pas l'avoir oublié, surtout que j'utilise le même depuis dix ans! J'appelle ma mère, j'capote, j'braille encore et après un bon moment, elle finit par trouver un moyen éventuel pour accéder à mon bureau. En cliquant sur de quoi, y'a une fenêtre qui m'apparaît avec un autre nom d'utilisateur, mais quand j'essaie de me connecter, ça ne fonctionne toujours pas. Je change le nom d'utilisateur et là, j'me rends compte que tout mon clavier est déformé. Les lettres sont inversées, c'est le bordel. Oh boy, quel chiard et... quelle chance?!? Mais à force de patience, je résous le problème et retrouve enfin mon ordi.

Et maintenant, what's next? En postant cette note, il va y avoir une erreur? Checkez-moi ben, j'vais faire un copier-coller au cas où parce que là, j'suis plus capable! Non, mais, quelle journée incroyablement moche et pathétique. J'suis découragée ben raide pis j'ai plus un seul rond. Alleluia, la vie est une ostie de salope des fois. Ouais, c'est tout c'que j'ai à dire. 

Posté par Quidame à 06:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 septembre 2009

Loadée de frustrations.

2596986591_4185aab507Ok, en ce moment, tout me tombe sur les nerfs. Carrément et bien à vif. J'pense que j'frapperais quelqu'un, peu importe son identité. Ouais, y'a d'la violence en grosse dose des fois dans mon crâne.

First, je suis tellement fatiguée que j'en ai les larmes qui me viennent aux yeux. Mais, bizarrement, le lit n'est pas vraiment une option même s'il est maintenant 23h11. I don't know why (en fait, si, un peu), mais je fais encore et toujours de l'insomnie. Alors, vous me direz? Eh bien je dois souvent me mener à bout pour réussir à dormir un peu. Ouin, pathétique, je sais.

Second, pour une troisième fois, demain, je devrai me rendre dans le Nord de la ville parce qu'il y a eu une gaffe, un malentendu. Yup, ce week-end, j'avais un petit contrat d'animation (huit heures au total) et tous les dires se sont mélangés.

Au départ, il fallait ramener les trucs, après la fin de semaine, chez # A, mais # B, la boss de # A, a parlé avec ma partner et là, l'information s'est déformée. Finalement, il fallait laisser le matériel sur les lieux parce que quelqu'un viendrait le chercher. J'ai appelé # A pour lui dire que je ne passerais pas la voir à cause de # B et, en arrivant chez moi, j'ai reçu un message de # A disant que non, c'était faux sur toute la ligne; il fallait VRAIMENT rapporter le tout chez elle. Donc? Je dois à nouveau me taper tout le trajet demain deux fois. Oh, et me taper le trajet jusqu'à chez # A aussi en soirée. HOU-RRA. Quelle merde!

Oh et, je n'ai absolument rien contre les religions et les races, mais cristie, chanter à tue-tête dans un parc de ville à 8h00 du matin un dimanche? Je ne sais pas, mais... OUF. Ok, c'était la fin du Ramadan, good sauf que les autres, là-dedans?

Et puis, pour ajouter à tout le reste, je viens de regarder mon compte en banque et calculer ce que je dois payer d'ici la semaine prochaine... I'M FUCKING GONNA DIE. C'est pas une blague en plus. J'suis tellement dans le déficit. J'suis tellement dans' marde. Ouais, c'est beau la vie quand t'arrives pas à te trouver une freakin' job. OSTI DE CHIT. J'capote, j'ai la chienne. J'suis dans l'rouge, dans l'négatif. SU-PER.

Posté par Quidame à 05:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]